Texte par Stephanie Mercier Voyer

Photos par Virginie Gosselin

Le conseiller en développement durable devenu maraîcher urbain n’a pas peur de se salir les mains et de faire avancer les choses, un plant à la fois. Au cœur du quartier Ahuntsic de Montréal, une oasis de verdure émerge du béton telle une jungle comestible. Il s’agit de La Ferme de Rue, le plus récent projet du très polyvalent Réal Migneault.

« SI TU NE PRENDS PAS D'INITIATIVES TANT QUE TU EN ES ENCORE CAPABLE, TU VAS PASSER LE RESTE DE TA VIE À TE DIRE QUE TU AURAIS DÛ ESSAYER. »

Des bacs roulants, des sacs en géotextile, des plates-bandes surélevées et des plantes imposantes parsèment la façade de la maison de l’agriculteur urbain, ainsi que le trottoir et le stationnement attenants. C’est armé d’un sourire contagieux et d’une détermination sans pareille que Réal Migneault opère cette ferme de 500 pieds carrés depuis 2018, au plus grand bonheur des résidents du quartier qui s’y arrêtent plusieurs fois par jour pour discuter de jardinage, acheter des produits frais et prendre quelques photos afin de répandre la bonne nouvelle sur les réseaux sociaux.


Le parcours de Réal se distingue par son caractère atypique. Pendant la grande majorité de sa carrière, il évolua dans le domaine du développement durable, tantôt à titre de consultant avec RPM, la firme d’experts-conseil qu’il fonda en 2004, ensuite en tant qu’associé responsable de projets en développement durable au sein d’une firme d’architecture établie. « Des toits verts, j’en ai mis partout,» dit-il en riant. Bien qu’il soit passionné par son travail et par l’engagement de l'entreprise envers un monde plus vert, après plusieurs années dans le domaine, quelque chose changea en lui. « J’avais l’impression qu’on faisait du développement durable juste pour les riches », dit-il.


Réal décida de mettre sa carrière sur la glace pendant quelques mois pour prendre la route au volant de sa moto avec seulement sa tente, sa caméra et l’idée ambitieuse de réaliser un documentaire sur le développement durable en Amérique.

***

*Adapté pour en ligne, vous pouvez lire l'article au complet dans le deuxième numéro du Magazine Growers & Co.